mercredi 12 janvier 2022

lemonde.fr : « Bernard Cazeneuve et François Zimeray : Par-delà les considérations humanitaires, le refus de rapatrier les enfants détenus en Syrie nous expose »

« L’indifférence à la dignité humaine, le recul des principes essentiels, la confusion générale et, sur les réseaux sociaux, la libération décomplexée de la méchanceté agressive sont des traits de notre temps. Ils ne peuvent être la marque de notre politique, pas davantage un instrument de mesure de nos intérêts. L’idée si répandue que la fin (notre sécurité) justifierait les moyens (abandonnons-les à leur sort) est contraire à ce qui nous constitue comme individus et comme nation. »

Lire la suite...
vendredi 1 février 2019

lefigaro.fr : « Affaire Carlos Ghosn : le Japon, archipel de l’arbitraire judiciaire », par François Zimeray

« Les conditions d’incarcération de Carlos Ghosn au Japon illustrent combien la justice de ce pays méconnaît la présomption d’innocence, argumente François Zimeray, avocat au barreau de Paris et à la Cour pénale internationale (…) ».

Lire la suite...
lundi 7 janvier 2019

lesechos.fr : « Affaire Carlos Ghosn : où est le procès équitable ? »

« La finalité d’une enquête judiciaire, c’est la recherche de la vérité, ce n’est pas la destruction d’un homme. L’abus de la détention provisoire n’est jamais admissible. Cela vaut pour toutes les justices et pour tous les prisonniers du monde ».

Lire la suite...
jeudi 15 novembre 2018

Le Monde et lemonde.fr : « Ecologie : les projets de Bolsonaro, un risque pour les entreprises », par François Zimeray et Jessica Finelle

« S’il devait être appliqué, le programme de Jair Bolsonaro, élu président du Brésil le 29 octobre, pourrait exposer les dirigeants d’entreprises engagés dans sa mise en œuvre à un risque de poursuites devant la Cour Pénale Internationale (CPI) ».

Lire la suite...
vendredi 26 novembre 2010

lesechos.fr : « Les grands contrats ne sont pas les ennemis des droits de l’homme », par François Zimeray

« Il faut dépasser l’opposition stérile entre droits de l’homme et contrats, comme s’il y avait d’un côté le camp de la vertu, de l’autre celui de l’indignité. La voie de l’efficacité consiste à placer, comme le yin et le yang, la cause du progrès des droits fondamentaux au coeur des impératifs économiques… »

Lire la suite...